Puertos Ribagorza

le 25 mai 2019

Lien vers les photos de la RIBAGORZA

Puertos de la Ribagorza est une des plus importantes cyclosportives espagnoles. Le départ est situé à Graus dans les Pyrénées Centrales. En Espagne, les cyclosportives s’appellent « marchas cicloturistas », avec un chronométrage, un classement individuel et par club avec plus de 2000 participants pour la Ribagorza.

Nous étions 12 cyclos du CACBO à participer à cette épreuve. Deux parcours étaient proposés un de 135 km et un de 182 km . Le principal intérêt est la sécurité . Cette épreuve se déroule sur route fermée. Il faut toujours rester prudent, les descentes pouvant être rapides, mais cette année les premières descentes se faisant à 70 km du départ ; il y avait moins de gros pelotons. Nous avons bénéficié d’une journée sans pluie, agréable sans grosse chaleur .

Le groupe CACBO CYCLO à la Ribagorza
Le parcours des 182 km

Les premiers cherchent à faire le meilleur temps. Les cyclosportives en Espagne favorisent d’avantage l’esprit club et de nombreux cyclistes roulent en groupe entre copains de club. Nous avons roulé dans cet état d’esprit en petit groupe. 

Groupe CACBO au départ

Nous étions logés à 300 m du départ dans une maison très bien équipée . 

Nous garderons un bon souvenir de cette sortie avec l’envie de nouveaux challenges .

Patrick

CARBONBLANAISE 2019

le 13 avril 2019

C’est sous un soleil radieux et par une température un peu fraîche que le départ de la randonnée «la Carbonblanaise » de 163 km a été donné par Monsieur le Maire de Carbon-Blanc à 10 h ce samedi 13 avril.

Une centaine de courageux cyclotouristes, s’est lancée à l’assaut des nombreuses côtes de l’entre deux mers et des coteaux de Castillon et St Emilion.

Un peu plus tard, en début d’après midi, ce sont près d’une centaine de randonneurs qui ont pris le départ des deux autres parcours de 103 km et 60 km.

Tous à l’arrivée étaient satisfaits des paysages rencontrés et bien décidés à revenir l’an prochain pour de nouveaux circuits.

Jean Michel GIRAUDEL

Président du CACBOCYCLO

Départ 160 km de la Carbonblanaise 2019

Cliquez sur Carbonblanaise 2019 pour accéder à l’album photos

Les fantômes du Stelvio

D’après un article du N° 43 de la revue des cent cols

Aujourd’hui nous arrivons à Trafoiet l’ascension du Stelvio, qu’elle soit solitaire ou par petits groupes, sera muette. Notre connivence reste intacte mais devient silencieuse car on escalade le Stelvio par le versant de Trafoi comme le Ventoux par Bédoin ou le Tourmalet par Ste Marie de Campan. Avec respect et, je dois l’admettre de l’appréhension ? Non pas celle de la souffrance – c’est notre lot commun – mais celle de ne pas être à la hauteur de l’événement

« Il est des lieux où souffle l’esprit » disait Maurice Barrès avec pour lui une connotation spirituelle. Incontestablement l’esprit souffle en ces lieux et c’est l’histoire personnelle de chacun qui le révèle et qui l’inspire. La mienne tient aux récits des joutes homériques de LuisOcanaet Eddy Merckset si je monte aujourd’hui le Stelvio, c’est en grande partie grâce à eux. C’était le temps béni, non de la rengaine, mais celui des champions auxquels on pouvait s’identifier sans arrière-pensée. Bien sûr, croire qu’à cette époque l’épique était très éthique est très hypothétique Je le sais bien la nostalgie peut rendre naïf, mais je persiste à penser que leurs exploits n’étaient pas de la pacotille, en ces temps où le dopage ne transformait pas en pur-sang le premier canasson venu.

Je mets aujourd’hui mes pas dans ceux de Fausto Coppiet de Bernard Hinault, qui ont écrit ici la légende. Je vois le profil d’aigle du grand Fausto se dessiner sur la paroi enneigée et j’aperçois Bernard qui s’échappe pour rejoindre son équipier Jean-René Bernaudeauet dans un geste chevaleresque, lui laisser la victoire à Sondrio et gagner son premier Giro. Je suis dans leur sillage et c’est le privilège du cyclisme de côtoyer le théâtre de leurs exploits. Je ne jouerai jamais au tennis sur le central de Wimbledon ni au rugby sur la pelouse du Millenium Stadium de Cardiff, mais ici je suis dans leurs traces, je vois ce qu’ils ont vu, et même bien plus longtemps qu’eux, vu la vitesse à laquelle je monte.

Mais ne perdons pas le fil de l’ascension. Il trace une ligne qui zèbre la montagne jusqu’au sommet. Sur la gauche, le glacier de l’Ortlesdégorge ses moraines fantastiques au-dessus des falaises qui nous dominent. Petites fourmis, nous amassons miette après miette les mètres qui nous séparent du but. Les derniers lacets empierrés se dégustent avec une lenteur due autant à la rudesse de la pente qu’au désir de prolonger l’instant. Le col lui-même suscite la déception par l’étroitesse de l’échancrure et surtout par son agitation mercantile. Seule la sobriété de la stèle rendant hommage à Fausto Coppi est à la hauteur de la légende.

Aujourd’hui nous n’avons pas vaincu le Stelvio – vaincre est un terme bien trop guerrier et réducteur – nous avons simplement suivi le fil de nos rêves qui nous ont hissés jusqu’au sommet. 

                                                                                      Envoyé par J.M. GIRAUDEL

FFVélo – Club des 100 cols

Jean Michel GIRAUDEL

Le club des cent cols … et mon vingt-cinquième col à plus de 2000 m

Qu’est ce que le club des cent cols ?
C’est une confrérie qui dépend de la FFVélo.
On peut y adhérer moyennant une cotisation de 12€ par an et de justifier du franchissement à vélo d’un minimum de 100 cols différents dont 5% de cols à plus de 2000 m.Evidemment la justification est sur l’honneur mais quel intérêt de signaler le franchissement d’un col qu’on n’aurait pas gravi !!!La confrérie organise plusieurs rassemblements par an en France ou chez nos voisins.
Mon vingt-cinquième col à plus de 2000 m :
Je fais peu de VTT et encore moins en montagne. Donc pas de col muletier pour moi, uniquement des cols routiers c’est-à-dire au moins goudronnés sur un versant.Dans les Pyrénées peu de solution côté français (TourmaletPailhèresPortetTentes et Bonaigua)J’avais franchi déjà plus de 500 cols (la première étape dans la confrérie) mais pour la valider il fallait toujours 5% de cols à plus de 2000 m, soit 25. Il m’en manquait deux ou trois.
J’avais manqué le col des Tentes lors d’une tentative avortée du défi des trois « T » (TourmaletTroumouse et Tentes dans la journée) et le col de Portet encore en travaux cette année là.
J’avais repéré plusieurs cols à plus de 2000 m en Andorre. Profitant d’une arrière saison particulièrement belle et douce je complète ma liste sur les traces de la Vuelta 2018.
Les cols andorrans sont réguliers et leur revêtement est plus que parfait. 
Le premier jour Rabassa et Gallina (des passages à plus de 15% et un sens unique pour la montée dans ce sens). Le second jour,  Port de Cabus et Botella, le troisième jour, Ordino, ce qui laisse du temps pour la randonnée et le shopping.
Cap maintenant sur les 600 cols avec le séjour dans les Dolomites qui me permettra de compléter la liste des plus de 2000 m.
JM GIRAUDEL